Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 12:20



L’exposition « la force de l’art »  au Grand Palais  censée montrer
La  "création  artistique française"  , est encore l’exposition de l’égo
Des trois « commissaires de l'exposition » , sorte de fonctionnaires de l’art, petits
Pouvoirs  et accointances avec les galeries pour bobos ignares mais branchés,
Présentant
les arrières arrières petits-fils de Duchamp avec leurs inévitables
Installations bidons aux messages simplistes pseudo politiques, leurs photos
Branchées (en gros une photo sans intêret mais de 4 m carrés ,la dimension
 Compensant
le vide , bref les nouveaux pompiers de l’art  officiel  des
Intellos de service du Musée de la culture. Inutile de chercher de la sculpture
Ou de la peinture dans cette exposition, de toute façon
Les « artistes »  exposés (genre 1 ère année de beaux-arts) seraient
Bien incapable de tenir autre chose qu'un clavier d'ordinateur.

Voilà encore un domaine où il faut dégraisser le mammouth : L’art.
Tout ces « critiques » « commissaires »  etc.  qui n’ont jamais non plus
Tenu un pinceau, ou alors si mal
qu’ils en sont devenus des artistes
 Aigris et ratés fonctionnarisés et propulsés dans les ministères
Cultureux et autres institutions muséales , dont l’existence "artistique"n’est liée
Qu ‘au discours qu’ils pondront
sur les "œuvres"   absconses de leurs poulains.

Discours et écrits ampoulés ,qui en même temps font exister ces mêmes oeuvres.
Une sorte de parasitisme réciproque , comme les remoras sur les requins.


Il n’y a qu’à voir la vidéo pour se rendre compte de la branchitude déjà has been
De cette exposition, on a vu les mêmes choses, il y a 40 ans mais à l’époque
Ce n’était pas de l’art officiel mais une vraie révolte. 









.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fbd 07/05/2009 10:21

J'ai aussi beaucoup remarqué le personnel installant les oeuvres…

PC 06/05/2009 09:23

PS pour ne pas être traité de reac ou retardataire , je precise qu'il y a des choses interessantes et que j'aime dans l'art conceptuel , la vidéo etc. et que ce que je dis peut aussi s'appliquer aux millions de peintres et d'artistes bidons , mais il est plus facile de faire illusion dans une installation où la répetition , la taille , l'amoncellement etc. créent forcement un espace et un "interêt " ! comme n'importe quelle decharge , immeuble etc; bref aucune "valeur ajoutée " par rappport à l'art.Et le tout payé par le Ministère de la culture ...

PC 06/05/2009 09:13

C'est que devant l'indigence et le coté bricolage intello de beaucoup de "plasticiens " il est nécessaire d'avoir quelqu'un qui explique voire empêche les gens de crier à l'imposture.Car il faut savoir que l'installation de ces " oeuvres" coute en general plus cher qu'une toile de maitre et que lorsque on est subventionné évidemment il n'y a aucun risque à imaginer et à faire executer par des ouvriers (payés au smig) d'après de vagues croquis sur ordinateur , par exemple 2000 chevres en bronze suspendues par les pis sur un chaudron de lave du Botswana sud est, le tout avec les tambour du bronx plus un recitant Yougoslave déclamant Mao Tsé Tung en gothique etc;etc;

Cécile 06/05/2009 08:25

Médiateur : personne qui s'entremet pour faciliter un accord entre deux ou plusieurs personnes ou partis . (le petit robert)  ...Bon, je vais réfléchir ... parce que si il est qualifié de "culturel", ça me chiffonne ...

PC 06/05/2009 03:17

les mediateurs culturels , encore un nouveau truc servent a expliquer aux visiteurs que les poubelles accrochées au plafond sont des oeuvres passionnantes denonçant la societé de consommation etc;etc.Oui, le ministere de la culture doit s'occuper du patrimoine , mais surement pas de creer cette nouvelle "race " d'artistes ne vivant et ne creant que pour l'Etat en fonction du gout des "commissaires artistiques "