Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 03:53

Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Les fleurs
commenter cet article
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 18:51
Autoportrait de Goya (1795-1797)




Peintre et graveur espagnol
Né à Fuendetodos, Espagne le 30 mars 1746
Décédé à Bordeaux, France le 16 avril 1828






















« Toute la peinture est dans les sacrifices et les partis pris »
Francisco de Goya



.
Repost 0
30 juin 2007 6 30 /06 /juin /2007 17:03


L'enfer des plages bondées ,files d'attente ,transistors sur les plages
Et chiens qui font caca partout!A bas les vacances obligatoires!




.
Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Au bout de la nuit
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 19:51


Vidé,exténué,vampirisé, sous prétexte que j'ai de l'énergie
Et une certaine
force ,je devrais toujours être à l'écoute !
 Une sorte de confesseur qui reçoit, porte et subit !
Désolé de vous décevoir, je suis humain !
C'est vrai que ça ne se voit pas ... 
Et bien  si ... ce n'est pas le blog de Dieu !
Vous êtes déçus , c'est normal !  Moi aussi.
je vais me coucher.



.
Repost 0
Philippe CHARPENTIER
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 11:34
William Turner

William Turner

(1775-1851),

Peintre anglais, particulièrement célèbre pour son traitement dynamique
des effets lumineux naturels dans les
paysages
et les marines.
Son oeuvre eut une influence directe sur
le développement de l'
impressionnisme
.

Né à Londres le 23 avril 1775, Turner étudia à l'Académie royale
des beaux-arts
où il exposa dès l'âge de quinze ans et jusqu'en 1850.
Il fut élu membre associé de l'Académie en 1799 puis membre à part
entière trois ans plus tard. Turner voyagea beaucoup tout au long
de sa carrière, en Angleterre, en écosse, et, après la paix
d'Amiens en 1802, en France
et en Suisse, puis en Italie. De 1807 à 1828, il enseigna la perspective
à l'Académie royale et, en 1845, obtint un poste de professeur suppléant.
Ses premières oeuvres sont surtout des aquarelles et ses sujets des paysages.
à la fin des années 1790, il commença à exposer ses premières
peintures à l'huile, auxquelles il imprégna la vibration
chromatique présente dans ses aquarelles.

Il meurt le 19 décembre 1851.



 



 



 



 



 



 



 



"C’est seulement quand nous n’avons plus peur

que nous commençons à créer."

William Turner


 


J'ai passé des heures à la Tate Gallery de Londres devant
ses
tableaux quand j'avais 14/15 ans ,
Et que j'allais en Angleterre l'été pour apprendre l'Anglais .
Le reste du temps j'allais jouer aux machines à sous avec
Les pennys qui s'amoncelaient sur des tiges puis tombaient
Avec fracas dans le bas de l'appareil ,j'en dépensait 10
Pour en gagner un ,mais quel plaisir !
Ainsi que les montres en "or " qu'on essayait d'attraper avec
une pince
genre centrale atomique et qui au dernier
 Moment laissait retomber la montre
Dans un tas d'objets hétéroclites et convoités !
C'était l'époque de Carnaby Street et des Beatles
que j'ai vu et entendu à cette époque !

Mais je m'égare, donc j'aime beaucoup Turner.


 


 


 

.

Repost 0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 02:41



.
Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Les fleurs
commenter cet article
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 19:51
Au bout du monde

Ca gueule dans la rue noire au bout de laquelle
L'eau du fleuve
frémit contre les berges.

Ce mégot jeté d'une fenêtre fait une étoile.
Ca gueule encore dans la rue noire.
Ah! vos gueules !
Nuit pesante, nuit irrespirable.
Un cri s'approche de nous, presque à nous toucher,
Mais il expire
juste au moment de nous atteindre.

Quelque part, dans le monde , au pied d'un talus ,
Un déserteur parlemente avec des sentinelles
Qui ne comprennent
pas son langage.


ROBERT DESNOS.



.
Repost 0
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 16:34

L'Ob prend sa source dans les monts Altaï. Il se jette dans l'océan Arctique

dans le golfe de l'Ob, bras de mer aux contours indécis long de 1000 km.

Sa longueur est de 4012 km.

Il s'écoule essentiellement en plaine : à Biysk, à plus de 3000 km

de son embouchure,

il n'est plus qu'à 200 m d'altitude (soit une pente de 66 cm par km).

Le résultat de cette faible pente est que son bassin est très marécageux.

Le bassin versant de l'Ob couvre au total une surface d'environ 4.575.000 km².

Il s'agit de la plus vaste dépression du monde.

 

 

.

Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans "Images du monde"
commenter cet article
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 11:04



Jean-Michel Basquiat (Brooklyn, New York,
 22 décembre 1960 – 12 août 1988)

Sa mère était porto-ricaine et son père d'origine haïtienne.
Dès le plus jeune âge, Basquiat montre une aptitude artistique.
 Sa mère, sensible à l'art, l'emmène fréquemment visiter le MOMA,
le Metropolitan Museum of Art et l'encourage à développer
 ses talents artistiques.Jean-Michel Basquiat fut le
 premier véritable artiste graffeur de New York,
avant de connaître un succès international en tant que
peintre néo-expressionniste dans les années 1980.
Au début des années 1980, Basquiat commence à exposer
ses œuvres à New York et dans le monde,
 grâce à plusieurs galeristes. En 1983 il rencontre Andy Warhol,
avec qui débute une collaboration intensive et une forte amitié.
 C’est aussi le moment où Basquiat sombre dans l’héroïne
et montre des premiers signes de paranoïa.
Il meurt d’une overdose en 1988, à l’âge de 27 ans.






















    "Je ne pense pas à l’art quand je travaille. J’essaie de penser à la vie."
J.M.Basquiat


.
Repost 0
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 06:39

Panisse (furieux)
Et je te prie de ne pas faire de signes.

César
Moi je lui fais des signes ? Je bats la mesure.

Panisse

Tu ne dois regarder qu'une seule chose : ton jeu.
(à Escartefigue) Et toi aussi.

César
Bon. (Il baisse les yeux vers ses cartes.)

Panisse (à Escartefigue)

Si tu continues à faire des grimaces, je fous les cartes
en l'air et je rentre chez moi.

M. Brun
Ne vous fâchez pas, Panisse. Ils sont cuits.

Escartefigue

Moi, je connais très bien le jeu de manille, et je n'hésiterais
pas une seconde si j'avais la certitude que Panisse coupe à cœur.

Panisse

Je t'ai déjà dit qu'on ne doit pas parler, même pour
dire bonjour à un ami.

Escartefigue
Je ne dis bonjour à personne. Je réfléchis à haute voix.

Panisse

Eh bien ! Réfléchis en silence … (César continue ses signaux)
Et ils se font encore des signes !
Monsieur Brun, surveillez Escartefigue, moi, je surveille César.
(Un silence. Puis César parle sur un ton mélancolique.)

César (à Panisse)

Tu te rends compte comme c'est humiliant ce que tu fais là ?
Tu me surveilles comme un tricheur.
Réellement, ce n'est pas bien de ta part. Non, ce n'est pas bien.

Panisse (presque ému)

Allons, César, je t'ai fait de la peine ?

César (très ému)

Quand tu me parles sur ce ton, quand tu m'espinches comme
si j'étais un scélérat … Je ne dis pas que je vais
pleurer, non, mais moralement, tu me fends le cœur.

Panisse
Allons, César, ne prends pas ça au tragique !

César (mélancolique)

C'est peut-être que sans en avoir l'air, je suis trop sentimental.
(à Escartefigue) A moi, il me fends le cœur.
Et à toi, il ne te fait rien ?

Escartefigue (ahuri)

Moi, il ne m'a rien dit.

César (Il lève les yeux au ciel)

O Bonne Mère ! Vous entendez ça !
(Escartefigue pousse un cri de triomphe.
Il vient enfin de comprendre, et il jette une carte sur le tapis.
Panisse le regarde, regarde César, puis
se lève brusquement, plein de fureur.)

Panisse
Est-ce que tu me prends pour un imbécile ?

Tu as dit : "Il nous fend le cœur" pour faire comprendre
que je coupe à cœur. Et alors, il joue cœur, parbleu !
(César prend un air innocent et surpris.)

Panisse
(Il lui jette les cartes au visage)Tiens, les voilà
tes cartes, tricheur, hypocrite !

Je ne joue pas avec un Grec ; siou pas plus fada qué tu, sas !
Foou pas mi prendré per un aoutré ! (Il se frappe la poitrine.)
Siou mestré Panisse, et siès pas pron fin per m'aganta !

 

 

 

.



Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Natures
commenter cet article