Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 10:54
Autoportrait, (1650), Musée du Louvre, Paris

Né aux Andelys le 15 juin 1594
et mort à Rome le 19 novembre 1665

Pour connaître la suite cliquez sur son autoportrait.





















Quand j’étais petit je n’étais pas grand, mais ça
C’est une évidence, et
j’allais souvent chez une tante
 Qui habitait avenue de l’Observatoire à Paris
Chez qui il y avait cette reproduction des Bergers d’Arcadie
De Poussin (le 3e en partant du haut). Mon oncle
Pianiste jouait les sonates de Beethoven ,
 « l’Appassionata »  en particulier
Pendant que ma tante nous lisait les contes du
 chat
perché de Marcel Aymé.

Poussin me rappelle tout ça ( et je fais court !).
C’est la magie de la peinture.


.

Repost 0
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 03:40




.
Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Les fleurs
commenter cet article
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 17:01

Salvador Dalí

Salvador Domingo Felipe Jacinto Dalí Domènech

connu sous le nom de Salvador Dalí

(11 mai 1904 - 23 janvier 1989)

























"La différence entre un fou et moi, c'est que moi je ne suis pas fou."

Salvador Dali


C'est grâce ou à cause de lui que je me suis mis
A peindre, en copiant ses tableaux car c'était moins cher !
Le Dali que je préfère va jusqu'en 1935/37
Il y a trop à dire car c'était un mec génial en dehors des
clichés.

"Un chien Andalou" le film de Bunuel/Dali
Est un chef d'oeuvre aussi.
Tout le monde connait Dali mais superficiellement en général
Juste une ou deux cartes postales ! et c'est dommage.



.
Repost 0
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 08:55



.
Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Les fleurs
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 12:05

                                                                                                                                                                          

Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans Natures
commenter cet article
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 19:02


Je n'aime pas les vacances obligatoires où chacun
N'exporte que sa solitude bronzée.
Je n'aime pas les amours de vacance qui portent bien leur nom.
Bref , je n'aime pas l'hibernation de l'été.


.
Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 17:35


http://cache.eb.com/eb/image?id=25914&rendTypeId=4

Larry Rivers est probablement l'un des artistes les plus originaux,
les plus turbulents et les plus exubérants de l'école de New York.
 Alors que les images les plus connues de Rivers dans
les années 60 relevaient du Pop, il a évolué vers
 la figuration de formes inquiétantes, effrayantes,
comme ce portrait brutalement honnête de
sa belle-mère nue et obèse (Double Portrait de Berdie).
Au final, on voit presque en lui un « réaliste social » :
à preuve son récent travail incluant des portraits de Primo Levi,
de Leonard Bernstein ou de l'ex-maire de New York, Ed Koch.
Dans une chronique sous forme de collages du peuple Juif,
Rivers (né Yizroch Grossberg en 1923 dans le Bronx)
explore ses racines juives.
Ses dernières séries de peintures en 3 dimensions tricotent
des motifs chinois et surréalistes avec des représentations
 de danseurs ou de stars du cinéma.


















.
Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 09:18



L'artiste allemand Sigmar Polke (né en 1941) manipule
Des clichés issus de la culture populaire et historique,
 Afin de créer une imagerie personnelle ironique et singulière.

Dans les années 1960, alors que Polke effectue
ses études à la Kunstakademie de Düsseldorf,
le Pop Art bat son plein aux Etats-Unis.
En 1963, par réaction à l'art pop et au réalisme socialiste,
 il fonde avec Gerhard Richter et Konrad Lueg , le "Réalisme capitaliste".
A cette époque, il s'approprie et interprète les caractéristiques
des avant-gardes, particulièrement les représentations issues des
 mass média et de la culture populaire, à l'instar du Pop Art américain.
 

Dans ses œuvres, Sigmar Polke explore la nature de
 la perception à travers un langage visuel unique.
Le mélange des procédés, l'expérimentation de la matière et
 la diversité des sources échappent à toute catégorisation.
 Polke manipule le sens des images culturelles,
mais aussi celui de la peinture.











J'ai toujours aimé la liberté de ce peintre qui par
Beaucoup de cotés me fait penser à Picabia ,grand novateur.



.
Repost 0
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 09:07




.
Repost 0
Philippe CHARPENTIER - dans La France
commenter cet article
23 juin 2007 6 23 /06 /juin /2007 19:03

http://www.brunel.ac.uk/3/News%20Images/Beldam%20Francis%20Bacon%20in%20his%20studio,%20seated.jpg


Bacon naît à Dublin en 1909 Irlande de parents anglais.
La famille fait plusieurs fois l'aller-retour entre Dublin et
Londres durant son enfance. C'est un enfant maladif (asthme)
et son père essaye de le « renforcer » en le fouettant.
Il est rejeté par sa famille lorsque son homosexualité
est découverte (une anecdote veut que son père
l'ait renvoyé du foyer familial à l'âge de 17 ans après l'avoir
surpris en train d'essayer les sous-vêtements de sa mère).
Bacon passe plusieurs années à Berlin, puis à Paris
où il mène une vie de bohème.
De retour à Londres, il s'installe comme décorateur et
peint ses premières toiles sous la forte influence du surréalisme
et de Picasso dont il a pu admirer les dernières toiles
lors de son séjour à Paris en 1927.
Le dessins de Picasso de cette époque visibles dans ses carnets,
montrent les similitudes et comment Francis Bacon
s'est inspiré de Picasso.
Bacon est largement un artiste autodidacte.
Parmi ses influences, on reconnaît Pablo Picasso bien sûr
et Diego Vélasquez, Nicolas Poussin ou encore Rembrandt.
Au cours d'un entretien, il affirma que son influence
du surréalisme ne provenait pas d'un peintre,
mais des films de Luis Buñuel.

Il traita plus tard ses premiers travaux avec dédain
et détruisit la majeure partie de ses œuvres antérieures en 1944.
1945 marque son entrée officielle dans le monde de
la peinture avec « Trois études de figures au pied d'une crucifixion ».
Le tableau, d'une rare violence expressive, choque au lendemain
de la Seconde Guerre mondiale où l'on préférerait
oublier les images d'horreur que celle-ci a engendrées.

Au cours de sa carrière, Bacon affina son style, délaissant
les images de violence crue de ses débuts pour préférer
« peindre le cri plutôt que l'horreur », prônant que la violence
doit résider dans la peinture elle-même
non dans
la scène qu'elle montre.

 

 

 

 

 


 


"Le travail de l’artiste est de toujours sonder le mystère"

Francis Bacon.

 


 

Et ,cerise sur le gateau (pour moi)

Une dédicace qu'il m'a faite en 1977 .Parmi des centaines

de gens "importants et pressants " il m'a parlé et

répondu à mes questions négligeant les

"Pontes " et m'a dédicacé le catalogue de cette exposition

A la galerie Claude Bernard.

C'est idiot mais c'est un beau souvenir.

 


.
Repost 0