Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 09:06



































photos de Tina Modotti


site sur T. Modotti





Tina Modotti vue par Edward Weston





















Tina Modotti et Edward Weston












Pour Weston voir:

" EDWARD WESTON "





.

Repost 0
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 05:24















Michael Brecker , après John Coltrane et Wayne Shorter le plus grand .


.

Repost 0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 05:12












.
Repost 0
philippe charpentier - dans La vidéo du jour
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 04:24









Génial .



.
Repost 0
philippe charpentier - dans La vidéo du jour
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 04:47
































August Sander est né en 1876 à Herdorf en Allemagne. Il a travaillé dans une
 mine à partir de 1889. En 1892, un oncle lui offre un appareil photo dont il
 se sert pendant son temps libre. Après le service militaire, il fait le tour de l'Allemagne
comme photographe industriel. C'est en photographiant des paysans du Westerwald,
sa région natale, qu'il a l'idée de son oeuvre, intitulée 'Les Hommes du XXe siècle'.
 Son projet est de dresser le portrait typologique des Allemands de la république de Weimar,
classés selon leur condition sociale. Les nazis détestent ses travaux et à la fin des années 1930,
l'un de ses fils, socialiste, est emprisonné, son atelier perquisitionné, ses livres saisis.
En 1944, les nazis détruisent 50.000 des épreuves de Sander. Heureusement,
les négatifs échappent à la destruction.






.

Repost 0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 00:00














































"Sous de certaines souilles violents du dedans de l'âme, la pensée est un liquide.
 Elle entre en convulsions, elle se soulève, et il en sort quelque chose de semblable
au rugissement sourd de la vague. Flux, reflux, secousses, tournoiements, hésitations
 du flot devant l'écueil, grêles et pluies, nuages avec des trouées où sont des lueurs,
 arrachements misérables d'une écume inutile, folles ascensions tout de suite écroulées,
 immenses efforts perdus, apparition du naufrage de toutes parts, ombre et dispersion,
tout cela, qui est dans l'abîme, est dans l'homme.


     Victor Hugo: L'Homme qui rit





Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 14:17










La Flotte en Ré porte bien son nom aujourd'hui !





Vers le phare des Baleines




Ecluses à poisson du phare des baleines




Vent violent et averses fréquentes




C'était l'article touristique du mois .




.

Repost 0
philippe charpentier - dans "Ile de Ré"
commenter cet article
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 04:41



























Né à Libourne le 12 février 1857
Décédé à Paris le 04 août 1927

Orphelin à l'âge de 5 ans, Eugène Atget est élevé par ses grandes parents.
Il interrompt son parcours scolaire pour s'engager comme mousse dans
la marine marchande et travaille pendant deux ans sur un navire ; il n'a alors que 18 ans.
 De retour à Paris, il tente par deux fois d'entrer au Conservatoire et finit par
être admis en 1979. Il entame alors une carrière d'acteur et travaille avec
une troupe ambulante de comédiens jusqu'à ce qu'une infection des cordes vocales
l'oblige à arrêter le théâtre. Toujours tourné vers le monde des arts, il s'essaie
à la peinture mais ne perce pas dans ce domaine. A force de côtoyer le monde artistique,
il se rend compte que les peintres ont besoin de modèles et décide de s'adonner à
 photographie de documentation. Il photographie ainsi de manière systématique
 les anciens quartiers de la capitale et crée des thématiques comme les petits métiers
 de Paris qui disparaissent petit à petit. S'il photographie à l'usage des peintres, plusieurs
 musées se rendent compte de la préciosité documentaire de son travail et Eugène Atget
vend ses tirages au musée Carnavalet et à la Bibliothèque nationale.
 Ce succès ne l'empêche pas d'éprouver des difficultés financières, notamment
lors de la première guerre mondiale et Eugène Atget décède dans la misère en 1927.
 Par son regard et son appareil, Eugène Atget a fixé un Paris aujourd'hui disparu
ou déformé par l'urbanisme, et les photographies de ce 'Balzac de la caméra', comme
l'appelle la photographe Berenice Abbott, sont exposées dans de nombreux musées.


(EVENE)


.
Repost 0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 04:34


























Il est né le 3 novembre 1903, à Saint-Louis, Missouri. Il étudie au Williams College
en 1922-1923
 et à la Sorbonne en 1926. Evans débute la photographie en 1930.
 Il obtient une bourse de la Fondation John-Simon-Guggenheim en 1940, 1941 et 1959.
 Il entre au magazine Time en 1945 et à Fortune en 1965. Cette même année, il devient
professeur
de photographie à l'école d'art de l'université de Yale.
 Il est décédé le 10 avril 1975, à New Haven, Connecticut.



.
Repost 0
27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 07:45



















Né à New York City, New York le 13 septembre 1939


Photographe qui choque par ses sujets portant sur la mort, Joel-Peter Witkin
s'est distingué par ce choix assumé. Une enfance tiraillée entre un père juif et
une mère catholique fabriquent le terreau qui déclenchera son art.
Mais le véritable catalyseur, c'est le jour où le jeune Joel âgé de 6 ans, assiste à
un carambolage meurtrier dans Brooklyn. La tête d'une petite fille décapitée
 roule à ses pieds,
détail sordide qui restera gravé à jamais dans sa mémoire.
 De là, grandira sa fascination croissante pour la mort. A 16 ans, il réalise ses
 premières photos pleine d'audace : un rabbin certifiant avoir vu Dieu.
 Remarqué par Edouard Steichen, ce dernier expose ses clichés au musée d'Art moderne
de New York. Enrôlé dans l'armée en tant que reporter des accidents militaires,
il revient à New York se consacrer à sa passion et entre à l'université d'Albuquerque
en 1976 pour se perfectionner. Professeur de photographie au Nouveau-Mexique,
il s'adonne à son art, avec un goût pour le morbide qui choque à chacune de ses expositions. Assemblages de morceaux de cadavres, foetus, malformations de naissance, étrangeté sexuelle...
une galerie de Witkin a tout du musée des horreurs ! Pourtant, de Paris à New York,
les experts reconnaissent le travail artistique de ses clichés en noir et blanc,
 Joel-Peter Witkin travaillant la couleur à la manière de ses maîtres influents :
Bosch et Goya, dans le but de saisir toute la beauté et la laideur du monde.
(evene)
Repost 0