Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

27 novembre 2009 5 27 /11 /novembre /2009 01:38







































Née à New York City, New York le 14 mai 1923
Décédée à New York City, New York le 26 juillet 1971



« J’aime par-dessus tout aller où je n’ai jamais été »
Diane Arbus

.
Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 08:58







(Portland 1883 - San Francisco 1976)

En 1907 elle ecrit sa thèse The Scientific Development, of Photography, Après avoir
 Vu les photographies Gertrude Käsebier décide de faire carrière dans la photo.
Puis elle visite Paris et Londres où elle rencontre Alvin Langdon Coburn.
 A New York, fréquente la galerie 291 d’Alfred Stieglitz et fait la connaissance de
Gertrude Käsebier. Rentre à Seattle où elle ouvre un studio. elle publie
 Photography as a profession for Women dans The Arrow, revue de la Pi Beta Phi.
Plus tard elle rencontre Dorothea Lange. Edward Weston et Johan Hagemeyer.
En 1937 elle participe à l’exposition Photography 1839 -1937 au Museum of Modem Art,
 New York.En 1960 L’international Museum of Photography de George Eastman House,
 Rochester, New York, acquiert un grand nombre de ses photos. Se rend à Berlin, Munich,
Paris et Londres. Rencontre August Sander et Paul Strand.
  1973 Exposition individuelle au Metropolitan Museum of Art, New York.
 Participe aux Rencontres Internationales de la Photographie, en Arles, France.
Commence After Ninety [Après 90] ans, reportage sur la vieillesse.
Elle meurt le 23 juin 1976 à San Francisco, Californie.





































.

Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 08:36
Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 01:29
 


































Né à Berlin, le 31 octobre 1920.
Apprenti photographe de mode à 16 ans,
émigre en Australie en 1940
et sert dans l'armée australienne.
À partir de 1945, photographe de mode à Sidney (principalement pour Vogue).
En 1958, s'établit à Paris et travaille pour les magazines les plus importants
d'Europe et des Etats-Unis, consacrant de plus en plus de temps
à des recherches personnelles.Vit entre Monte-Carlo et Los Angeles.

 

 

 

.

Repost 0
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 01:10
   










































Né à New York City, New York le 04 novembre 1946

Décédé à New York City, New York le 09 mars 1989



Né dans une famille catholique, Robert Mapplethorpe est diplômé du Pratt Institute de New York.
 Il prend sa première photographie avec un Polaroid puis, dans les années 1970, se procure
un appareil de presse. Il commence à photographier ses amis, dont certains artistes, notamment
 Patti Smith qu'il prend en photo pour la pochette de son premier disque. Il prend également
des clichés de compositeurs, de stars de la pornographie et des habitués de sex clubs.
 Dans les années 1980, il commence à rechercher la beauté abstraite et se concentre sur
des nus, des natures mortes florales et des portraits officiels. Photographe de renom,
Robert Mapplethorpe est connu pour ses portraits en noir et blanc, ses photos de fleurs
et ses nus masculins. Lorsqu'il s'éteint en 1989, tout le monde se souvient de l'homme
qui avait déclenché la polémique sur le financement public de l'art à cause du caractère
érotique des oeuvres du milieu de sa carrière.

(EVENE)
Repost 0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 11:36





























Peintre flamand (v. 1395-1441), frère d'Hubert, peintre également.
 On leur attribue familièrement l'invention de la peinture à l'huile.
 Cette technique existait avant les frères Eyck, mais ils sont parvenus à déployer,
 avec une science et un génie jamais égalés, la capacité unique à reproduire le réel
 de cette technique à peine naissante. Leur apport au développement de cette
technique nouvelle aurait consisté surtout dans la mise au point d'huiles ou
de vernis siccatifs permettant de réduire le temps de séchage du médium.
Le génie et les innovations techniques des frères Van Eyck, dont la part est souvent
 difficile à distinguer sur les grands retables qui ont fondé leur gloire, ont irradié
 partout en Europe, jusqu'en Italie où les Vénitiens ont eu tôt d'abandonner la fresque,
 peu adaptée au climat humide de leur ville, au profit de la peinture à l'huile en
prenant pour exemple l'art méticuleux des flamands.
(agora)

«L'anatomie y est observée, la perspective y est exacte, les moindres détails
des étoffes, de l'architecture, des accessoires et des paysages y sont marqués;
le relief en est saisissant, et la scène entière s'impose à l'œil et à l'esprit avec une
force et une solidité d'assiette extraordinaires; les plus grands maîtres des époques
 futures n'iront pas au delà, et même n'iront pas jusque-là.»
 Hippolyte Taine



Une peinture extraordinaire , on ne comprend pas, même de très près
 La
technique tellement elle est parfaite.
Une de mes première admiration.



.
Repost 0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 10:13



Je remet le vieil article enrichi d'autres copies que j'ai trouvé
Dans le bordel débordélisé depuis.


Vermeer m'a rappelé que j'avais fait des copies quand
 je démarrais la peinture
Et donc j'ai passé deux heures à les chercher
Tout en passant l'aspirateur
et en debordélisant
Et dieu sait que sur ce plan je suis gâté (le bordel)
J'ai retrouvé ces huiles sur isorel , j'avais aussi copié
Zurbaran,Van Eyck ,Cranach,etc.
La vue de Delft deVermeer au moins 4 fois ( des cadeaux de Noêl !)
Et plein d'autres !
Mais ça correspondait à la place que j'avais pour peindre , un bureau !
Comme quoi on peut s'amuser sur 50 cm carrés!



Moi , elle est plus maigre et a la jaunisse!


Rogier Van der Weyden


Moi ,  je lui avait fait une autre tête (moins tortue)!


Vermeer ,la jeune fille au virginal.


Moi  , C'était avant la pub et elle est moins penchée !


Vermeer  La laitière


Moi, j'avais eu la flemme de terminer en bas !


Ingres , la baigneuse de Valpinçon.


moi  : Murillo pas terminé


Murillo terminé par Murillo...


Moi :   L'époux Arnolfini (très different !)


Van Eyck :L'original , détail de la tête


Un portrait , je ne me souviens plus de qui .



L'homme au turban , une version juste demarrée
(comme Sophie)
et bien abimée et mauvaise  .



L'original , en cherchant bien on arrive à voir la différence.


A l'époque je peignais selon la recette de Van Eyck
Térébenthine de Venise plus essence d'aspic , ça sentais bon .



Quand j'y pense c'est beaucoup plus reposant à faire
Que la peinture que je fais maintenant !

.


Repost 0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 01:25

































Artiste discret en son temps, Edouard Vuillard a saisi sur toile les moments
d'intimité de
 ses contemporains, laissant ainsi, après sa disparition,
 une vision de la France à la Belle Epoque.
 Il commence à peindre vers 1880, contre la volonté familiale qui le voyait en militaire.
Commençant tout d'abord par des natures mortes, son style devient de plus en plus affirmé
lorsqu'il a l'occasion de côtoyer un temps Bonnard tout en ayant l'expérience de l'Académie
des
 beaux-arts de Paris. Suivant l'exemple, il s'associe au mouvement Nabi
, inspiré des estampes japonaises. Comme la Nature,
 Edouard Vuillard a horreur du vide : ses tableaux n'offrent jamais un espace
 où celui qui le contemple puisse respirer. Profusion de fleurs, intérieurs bourgeois
étouffants sous les tentures et les tapisseries enfermant les personnages en vase clos...
Comme ses toiles, Edouard Vuillard se replie tout au long de sa vie dans une
 retraite solitaire,
 créant sans relâche.
 Vers 1890, influencé par ses amis et maîtres faisant partie du mouvement Nabi,
 comme Paul Sérusier, il se met à laisser libre court à son imagination,
 ne reproduisant plus fidèlement
la réalité,
 simplifiant son coup de crayon, allégeant les couleurs, loin de l'influence
 picturale de Manet marquée par un chromatisme fragmenté.
 Il s'éteint discrètement à La Baule en 1940, laissant la postérité s'emparer de son oeuvre.

(evene.fr)

" Plus les éléments employés sont purs, plus l’œuvre est pure."

EDOUARD VUILLARD





.
Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 08:48





François Arnal est né en 1924 à La Valette.

 

J'aime ce peintre car il a toujours résisté aux modes et au marché,

C'est un novateur préoccupé de création et non de reconnaissance .

Ignoré du marché de l'art qui encense les peintres

Engoncés dans leurs systèmes et techniques éprouvées

Permettant une reconnaissance formelle aisement classifiable.

 

C'est un homme de grande classe, généreux et modeste.















































.
Repost 0
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 07:32






























un autre article sur Soutine

" CHAÏM SOUTINE "






.
Repost 0