Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 10:19
















Jules Olitski est un peintre américain né le 27 mars 1922  en Russie
Il décéde le 4 février 2007 aux États-Unis.

Sa famille émigre aux États-Unis en 1923. Après la Seconde Guerre mondiale,
Il s'installe à Paris, où il peint dans le style de la seconde école de Paris.
 En 1951, il rentre aux États-Unis, où il se remet en question, peignant des
 Vastes monochromes. En 1956, il enseigne au C. W. Post College de Long Island.
En 1958, il a sa première exposition personnelle à la Zodiac Gallery.
 Il rencontre Clement Greenberg, qui organise une grande exposition de ses
 œuvres à French & Company en mai 1959. Il rejoint alors la Poindexter Gallery
 Et il commence à être collectionné par les grands musées américains.
 Son œuvre se caractérise alors par de vastes surfaces de couleurs saturées
Dispersées fines et diluées.

Il représente les États-Unis à la Biennale de Venise de 1966 et il est le premier à
Bénéficier d'une rétrospective au Metropolitan Museum of Art de New York.
À partir des années 1970 son travail retourne à une texture ample et lourde
Qui caractérisait son travail des années 1950, mais avec des innovations
Techniques à base de gels acrylique et de polymère.



.



Repost 0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 01:50






Himagnolia



Feu vert


Truffe glaçée

et pour conclure Ravel . (Gaspard de la nuit :Ondine)







.



Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 05:32


Jets d’eaux réguliers, puis, canard grave vibrant,
Ondes à retardement, battements d’une gigantesque
 Tôle ondulée qui résonnerait dans
Le creux d’une montagne à l’ombre !
 Ressorts fatigués d’un sommier de grande mémoire,
Clapets d’une clarinette basse fantôme
D’un Eric Dolphy modal et répétitif,
 Qui laissent passer le dernier son.
 Anches multiples singeant de multiples hanches,
Maillets, marimbas, vibraphones,
 Xylophones qui scandent un quintette de notes,
Hôtes des quintes, sopranos en écho comme la nymphe,
 Bois cassés et taillés haut, des marimbas.
Derviche, la ronde, la blanche qui noircit de s’user,
La ronde qui se perd dans les coins du carré qui l’enserre,
 Et continue de frapper avec d’infimes décalages
Les murs sonores de sa prison fictive.





Un petit extrait , ce qui n'a pas de sens pour une musique
Par laquelle on doit se laisser envelopper dans la durée .
Mais il n'y a pas le choix avec ce systeme.

 STEVE REICH
 «  Music for 18 musiciens »  1976
Disque Nonesuch



Biographie

Steve Reich a grandi en Californie et à New York. Enfant, il étudie le piano avant de
se tourner vers les percussions. Il obtient une licence de philosophie à la
 Cornell University en 1957.
 Il étudie la composition avec Hall Overton, puis à la Juilliard School, avec
William Bergsma
et Vincent Persichetti. Au Mills College, il suit les cours de
  Darius Milhaud et de Luciano Berio, et y obtient sa maîtrise de musique en 1963.
 En 1970, une bourse de l'Institute for International Education permet à
 Steve Reich de s'inscrire aux cours de percussion de l'Institut
 des études africaines de l'Université du Ghana à Accra.
Il travaille également la technique des gamelans balinais.
Dès 1966, il fonde son ensemble qui passe rapidement de trois à dix-huit musiciens.
 Dès lors, le groupe 'Steve Reich et Musicians' tourne dans le monde,
 et joue à guichets fermés,
 notamment au Carnegie Hall.
 Avec 'Different Trains', il invente un nouveau mode de composition,
 où les paroles et les textes préenregistrés déterminent le matériau musical
des instrumentistes.
Au cours des années, Steve Reich a obtenu des commandes
 des plus grandes institutions musicales internationales.
 Ses oeuvres, jouées par les orchestres les plus réputés, ont aussi été
 chorégraphiées par des artistes aussi talentueux que Jerôme Robbins , Lucinda Childs,
 (evene.fr)



Depuis toujours, le compositeur américain Steve Reich accompagne
 Le parcours de la chorégraphe flamande Anne Teresa De Keersmaeker,
Cette derniere a d'ailleurs interpreté "Music for 18 musicians" de Reich , Ainsi que
"A love supreme " le chef d' oeuvre de Coltrane et  "Bitches Brew " le disque
De Miles Davis ( 1969) dont sortirons tous les grands groupes "jazz rock "
Des années 70/80/90
à savoir , Weather Report, Chick Corea, Herbie Hancock ,
Joe Zawinul, Billy Cobham, Tony Williams, John Mc Laughlin, etc.




.

.
.

Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 00:52





Mark Rothko à la Tate Modern Londres
 26 septembre2008/1 fevrier 2009

Peintures 1958/1970

Evénement exceptionnel, qui pourrait ne jamais se reproduire, la Tate qui, avec
 le MoMa de New York,
détient le plus grand nombre d'oeuvres
de Mark Rothko (1903-1970), a pu réunir quinze des trente tableaux
  connus comme la "série Seagram". L'artiste lui-même avait fait don de neuf oeuvres
 de la série à la Tate. Le Kawamura Memorial Museum of Art à Chiba (près de Tokyo)
et la National
 Gallery of Art de Washington ont prêté les six autres toiles  de la série Seagram.
Cette commande a inauguré la période la plus prolifique du peintre américain.
 En 1958, les
 architectes de la toute nouvelle tour Seagram lui avaient
commandé ces toiles pouvant mesurer jusqu'à 2,66 mètres sur 4,57 pour décorer
  les murs du luxueux restaurant Four Seasons situé au rez-de-chaussée
du gratte-ciel construit au coeur  de Manhattan.Mark Rothko a finalement décidé
  d'annuler la commande, estimant semble-t-il que les oeuvres réalisées étaient
  des objets de contemplation inadaptés à une salle de restaurant. Il a restitué les
 sommes avancées et a fait don,  notamment à la Tate, des tableaux déjà peints.
 "J'en suis arrivé à
 penser qu'aucun tableau ne devrait être exposé dans un  lieu public",
  déclarait-il après cet épisode.Comme auparavant, Rothko peint là des aplats abstraits.
  Les couleurs qui pouvaient êtrevives s'assombrissent, associant de l'orange à du marron,
  du bordeaux, du rouge foncé. Poursuivant ses séries
  ("Si quelque chose vaut la peine d'être fait une fois, elle peut être faite
 indéfiniment", disait-il), le peintre travailla ensuite autour du noir, du gris et du marron.
La Tate Modern expose des oeuvres de ses dernières séries des années 1960,
Black Form paintings , Brown on Grey  et Black on Grey paintings .(VO)


 















D'autres Rothko sur ce blog:

" MARK ROTHKO "


" ROTHKO LE LUMINOTHÉRAPEUTE "


Avec Rothko, la musique de Steve Reich .
Ce n'est pas la facilité certes.... Mais c'est mon choix ...!

















.
Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 03:54





La dinde au marron


Les marrons dinde glacés.





.





.

Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 00:49


Gâteau :
1500 g de sucre
1500 g de farine
45 oeufs
Crème :
10 000 g de sucre en morceaux
20 tasses à café d’eau
9,5 jaunes d’oeuf
12 500 g de beurre doux
10 000 g de chocolat noir
Décoration :
Une dinde vivante non plumée de 12 kg 547 grammes environ
23 kilos de foie gras
Une bûche en bois de 57,234 cm sur 368 mm de diamètre
(évidée)
10 kg de marrons glacés
4 langoustes
10 tablettes géantes de chocolat noir

Pour le gâteau et la crème au beurre faites comme d’habitude,

Pour la décoration habillez la dinde vivante de la bûche évidée auparavant
Farcie de foie gras pour faciliter l’introduction du gallinacé,
Enduisez la vraie bûche de la préparation de fausse bûche
Disposez le tout sur un pavement de chocolat
(pour la référence
alibi à la révolution )

Disposez sur le dessus 4 langoustes  genre façon danseuses étoile
Dans le lac des cygnes, puis parachevez le tout avec les marrons glacés.
Au moment de servir mettez la musique adéquate (voir plus bas)





.




Repost 0
philippe charpentier - dans Au bout de la nuit
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 10:37








Cinq versions de Summertime le thème que Georges Gershwin composa en 1935
 Pour son opéra "Porgy and Bess " (encore un morceau en ré mineur)
Il n'y a que des saxophonistes : Charlie Parker (alto), Sydney Bechet (soprano),
 Stan Getz, John Coltrane et Sonny Rollins (ténor)
Que des très grands comme d'habitude sur CE blog.

Les versions de Parker et de Bechet doivent vous faire pleurer sinon vous
Etes des êtres complètement insensibles voir irrécupérables.


Il y aurait plus de 12000 versions différentes !

Demain quelques versions pour piano.



















.

.
Repost 0
philippe charpentier - dans JAZZ ET MUSIQUES
commenter cet article
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 07:39














"So what " (extrait)

Extrait de "Kind of blue " (CBS)
Miles Davis trompette, John Coltrane tenor saxophone, Cannonball Adderley alto sax,
Bill Evans piano, Paul Chambers contrebasse, Jimmy Cobb batterie .
1959




C'est un thème de 32 mesures sur un accord ré mineur 7
Les débuts du Jazz modal et l'émergence de John Coltrane qui
Deviendra le plus grand génie du XXe siècle
(Pour ceux qui savent entendre et écouter...)

Un des 3 disques (de jazz) à emporter sur une île déserte
Avec "A love supreme " du même John Coltrane et
Pour le troisième, il en a tellement que je vous laisse le choix.

C'est malheureusement un extrait car le morceau original dure 9 mn 20
Mais de toute façon, l n'écoute pas la musique sur un blog,
On la découvre et on se précipite pour l'acheter quand c'est MOI qui le dit.
 N'écoutez pas les contrefacteurs et gens de mauvais goût.
Choisissez l'excellence : MES CHOIX !

  À  acheter de toute urgence pour ceux qui ne l'ont
Pas déjà depuis leur plus tendre enfance comme ça
Devrait être le cas des personnes évoluées et normales  !




.



.

.
Repost 0
philippe charpentier - dans JAZZ ET MUSIQUES
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 10:52









C’était un plaisir de regarder Apostrophe et Bouillon de Culture
Les seules émissions littéraires et c
ulturelles qui aient existé à la télé,
Car les seule où les vrais acteurs étaient les écrivains et les artistes
 Et non le présentateur, comme l’omniprésent et très people
Guillaume Durand, le bronzé et consensuel PPDA, l’insupportable
Philippe Lefait
avec ses tics d’ intello de province qui mange une paire
 De lunette par émission avec un air hypercompétent,
Heureusement il y a Frederic Taddeï qui est au-dessus du lot  .

Tout ça pour en venir à Bernard Pivot qui sort un petit livre sur les
Expressions à sauver , celles qui font la vraie langue française imagée,
Riche et "gourmande"  comme dirait J. Chancel ...

Genre : Faces de carême, laisser pisser le mérinos, plier les gaules,
Jouer du Manicordion (avoir une aventure sentimentale secrète…)
Faire la sainte nitouche, ou yoyoter de la touffe !

Ça nous change des « voilà, on va dire, au jour d’aujourd’hui,
Moi personnellement , et autres langages SMS ou texto .

Bernard Pivot un vrai honnête homme au sens du 18 ème siècle
Cultivé, bon vivant, amateur de bonne chère et de bons vins etc...
Voilà donc un cadeau tout trouvé pour Noël !



.


Repost 0
philippe charpentier - dans Au bout de la nuit
commenter cet article
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 03:43








Je n'ai pas photographié Cruithne qui comme chacun sait est un asteroïde de 5 km qui
peut être considéré comme un satellite de la terre. Il a une orbite en forme de fer à cheval .



Il manque évidemment en ce qui concerne le système solaire tous les autres à savoir :
Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne , Uranus , Neptune , Cérès, Pluton et Eris.
Sans oublier les 167 satellites  , mais ce sera pour une autre fois .



.



.
Repost 0
philippe charpentier - dans FIFIPÉDIA
commenter cet article