Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • Le blog de Philippe CHARPENTIER
  • : MA DEVISE : "POUR TOUT CE QUI EST CONTRE ET CONTRE TOUT CE QUI EST POUR , SAUF QUAND J'AI RAISON MAIS PAS FORCÉMENT NON PLUS... QUOIQUE ! "
  • Contact

Rechercher

6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 05:14




Antoni Tàpies
 Peintre catalan né à Barcelone en Espagne en 1923


Les éléments graphiques et plastiques dont il fait usage se
 retrouvent de toile en toile formant ainsi un univers
qui lui
 est propre. Il travaille la matière à l'aide de "matériaux pauvres"
et se sert de la technique du collage, de l'empâtement, du grattage
et de la déchirure. C'est en mélangeant la colle et le colorant,
 associés parfois à du sable, de la poussière, de la terre, que Tàpies
trouve son médium, la matière par laquelle il va exprimer
la profondeur, les formes, l'ombre, la lumière[, en travaillant
à l'aide d'outils mais également avec son corps.
 La croix, prenant des formes variées, les taches, les graffitis,
 les formes rectangulaires (qui s'apparentent à des espaces fermés,
 
des murs, des volets clos) sont des éléments récurrents
de son vocabulaire plastique.
















Quand on regarde bien on trouve des Tapiès partout , sur les murs , les sols etc.




.

.
Repost 0
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 05:27








































Je prefere "vie tranquille" ( still life en anglais), au "nature morte" Français
.
En particulier dans le cas de Manet .






.
Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 07:30










































.
Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 00:20






















































La peinture à l'état pur .


.
Repost 0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 09:28

" FRANCOIS ARNAL , LA LIBRE PEINTURE "

" FRANCIS BACON "

" FRANCIS BACON A LA TATE BRITAIN , LONDRES "

" JEAN MICHEL BASQUIAT "

" MAX BECKMANN "

" PIERRE BONNARD, LE PEINTRE SOLAIRE "

" JEROME BOSCH "

" BOUCHER ET SES FEMMES

" EUGÈNE BOUDIN "

" JACQUES CARELMAN "

" PAUL CÉZANNE "

" CEZANNE 1869/1877 "

" JOHN CHAMBERLAIN "

" JEAN SIMÉON CHARDIN "

" CHAVAL "

" CHILLIDA A LEKU "

" GIORGIO DE CHIRICO 1911/1914"

" CHRISTO"

" JOHN CONSTABLE "

" LES ARBRES DE COROT "

" GUSTAVE COURBET "

" COURBET ENTRE CIEL ET MER "

" SALVADOR DALI "

" OLIVIER DEBRÉ "

" OLIVIER DEBRÉ A CHENONCEAU "

" LES SCULPTURES DE DEGAS "

" EUGÈNE DELACROIX "

" DELACROIX EN ANDALOUSIE "

" DELACROIX A ETRETAT "

" DELACROIX ET MATISSE AU MAROC "

" RICHARD DIEBENKORN "

" RICHARD ESTES "

" RICHARD ESTES , PEINTURES "

" PIERO DELLA FRANCESCA "

" SAM FRANCIS "

" HELEN FRANKENTHALER "

" GUARDI A VENISE "

" PAUL GAUGUIN "

" THÉODORE GÉRICAULT "

" GIORGIONE "

" GIOTTO "

" FRANK GEHRY "

" ARSHILE GORKY "

" FRANCISCO DE GOYA "

" LES DESSINS DE PHILIP GUSTON "

" PHILIP GUSTON , PEINTURES "

" RICHARD HAMILTON "

" HANS HARTUNG "

" EDWARD HOPPER "

" JASPER JOHNS "

" KANDINSKY 1902/1909 "

" ELLSWORTH KELLY "

" EDWARD KIENHOLZ "

" PER KIRKEBY "

" GUSTAV KLIMT , DESSINS EROTIQUES "

" WILLEM DE KOONING "

" WILLEM DE KOONING , PAYSAGES 1957/62 "

" DE KOONING SCULPTEUR "

" DE KOONING DESSINS 1969/1975 "

" WILLEM DE KOONING,  1987/1988 "

" ROY LICHTENSTEIN "

" MORRIS LOUIS "

" LES FRUITS DE MANET "

" EDOUARD MANET, LE SILENCE DE LA COULEUR "

" LES VIES TRANQUILLES DE MANET "

" LES FLEURS DE MANET 1860/1880 "

" HENRI MATISSE 1911/1916"

" MATISSE ET RODIN au MUSÉE RODIN "

" HENRY MILLER ET LA PEINTURE "

" JOAN MITCHELL "

" JOAN MITCHELL 1972/1992 "

" AMEDEO MODIGLIANI "

" PIET MONDRIAN "

" CLAUDE MONET "

" LES IRIS DE MONET 1914/1924 "

" LES DERNIERS MONET 1920 /1926 "

MONET , LA MAISON A TRAVERS LES ROSES 1922/1924 "

" GIORGIO MORANDI "

" GIORGIO MORANDI 2 "

MORANDI, L'ART MODESTE , LES DERNIERS PAYSAGES 1954/1962 "

" ROBERT MOTHERWELL "

" BARNETT NEWMAN "

" KENNETH NOLAND "

"JULES OLITSKI "

 " LES MAÎTRES ET PICASSO "

" LES NEUF FEMMES DE PICASSO "

" JEAN PIERRE PINCEMIN "

" SIGMAR POLKE "

" JACKSON POLLOCK "

" POUSSIN  "

" NICOLAS POUSSIN "

" RAPHAEL "

" ROBERT RAUSCHENBERG  "

" ROBERT RAUSCHENBERG AU CENTRE POMPIDOU "

ROBERT RAUSCHENBERG 1985/1990 "

" PAUL REBEYROLLE "

"GERHARD RICHTER "

" LARRY RIVERS "

" LARRY RIVERS DESSINS 1951/56 "

"RODIN "

" MEDARDO ROSSO "

" MARK ROTHKO "

" ROTHKO A LA TATE MODERN "

" THÉODORE ROUSSEAU , OEUVRES SUR PAPIER "

" PIERRE PAUL RUBENS "

" LES NUAGES DE RUYSDAËL "

" EGON SCHIELE "

" EGON SCHIELE , LA FEMME "

" KURT SCHWITTERS "

" RICHARD SERRA AU MUSÉE GUGGENHEIM DE BILBAO "

" DAVID SMITH "

" CHAÏM SOUTINE "

" SOUTINE , LA SOLITUDE "

" NICOLAS DE STAEL "

" NICOLAS DE STAEL , DESSINS 1953/54 "

" FRANK STELLA "

" CLYFFORD STILL "

" YVES TANGUY "

" ANTONI TAPIÈS "

" WAYNE THIEBAUD "

" LE TINTORET ET SES FEMMES "

" LE TITIEN "

" LE TITIEN ET SES FEMMES "

" LES DESSINS DE TOULOUSE-LAUTREC "

" PAYSAGES DE TOULOUSE LAUTREC "

" WILLIAM TURNER "

" CY TWOMBLY "

" TWOMBLY A BILBAO "

" PAOLO UCCELLO "

" FELIX VALLOTTON "

" JAN VAN EYCK , LE MYSTERE DE LA CRÉATION "

" VAN GOGH EN PROVENCE "

" VERMEER DE DELFT "

" VÉRONÈSE "

" JACQUES VILLON "

" BILL VIOLA "

" EDOUARD VUILLARD , ARRÊT SUR IMAGE "

" TOM WESSELMANN "

" TOM WESSELMANN 2"

" ANDREW WYETH "

" FRANCISCO DE ZURBARAN "







.

Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 00:02




aquarelle gustave Moreau




gustave moreau aquarelle




dessin moreau gustave



gustave Moreau papier



gustave Moreau peinture




Moreau gustave



gustave moreau paysage



.
Repost 0
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 01:51











chaval chaise astre


“Qui vole un bœuf est vachement musclé !”

" L'argent ne fait pas la probité "

“Quand le pain est mouillé, il faut le boire”

“Le médecin à qui vous tirez la langue vous le fera payer cher.”

"La tigresse est la mère de tous les tigres."

“Je m’emmerde solidement, et je le regrette infiniment.”

“C’est très pénible de peigner la girafe, surtout sans échelle.”

" Je plains les lapins cardiaques "





architecte chaval





chaval 3






chaval ascenseur




Il y avait l'homme de cro-magnon, l'abominable homme des neiges
 et l'homme de Chaval.
Ce qui intéresse Chaval, c'est l'homme cosmique, l'homme à l'échelle de l'univers,

mesuré aux grands météores, placé en face de la vague ou du gouffre, pendu au bord

de la falaise, confronté à la foudre, à la lame, au désert. L'homme de Chaval est

un pingouin
qui s'est mis le chapeau de Bonaparte.

Son crayon étudie exhaustivement le sexagénaire déconcerté qu'est l'être humain.

 L'homme de Chaval est toujours ahuri ; ahuri et sexagénaire. Sexagénaire à tête de bois
 et à la bouche découragée. Il vient, disait Chaval, de Limoges.

(Alexandre Vialatte)



chaval chariot




chaval hopital




Chaval portrait




le commencement de la sagesse chaval








Chaval est né à Bordeaux le 10 février 1915. Son vrai nom était Yvan Le Louarn. Il se suicide à Paris 53 ans plus tard, peu après la mort de sa femme, le peintre Annie Fourtina. Son principal trait de caractère fut la misanthropie. Sa vie fut discrète, son oeuvre n'est pas volumineuse (elle tient en 3 ou 4 livres) mais Chaval est l'un des dessinateurs français les plus importants du XXe siècle.

Voici comment Chaval décrit le début de sa vie : « Je naquis moche mais pas plus que la majorité de ceux de ma génération. Il faut dire que bien que dans une ville de l'arrière nous étions au début d'une guerre que je pressentais longue, difficile et meurtrière. Heureusement, ma mère avait du lait et m'en refilait en douce ».

La famille de Chaval était plutôt bourgeoise et conformiste. Mais il sera surtout influencé par son oncle. Celui-ci était peintre et décorateur de théâtre. Il fut l'ami d'Alphonse Mucha. Il s'habillait comme un clochard et dans Bordeaux il était souvent pris pour un vagabond. Cet oncle va faire connaître à Chaval les humoristes tels que Mark Twain, Alphonse Allais et Jerome K. Jerome. Ses réflexions personnelles vont également impressionner Chaval. Par exemple, Chaval et son oncle étaient un jour dans le métro, à une heure d'affluence, serrés comme des harengs. Tout à coup, l'oncle lui dit : « Retourne-toi ! ». Chaval se retourne et voit un homme au visage assez commun. Alors l'oncle ajoute : « Regarde bien ce monsieur car il est probable que tu ne le verras jamais plus ! ». La mort de l'oncle fut une véritable mise en scène. Il est resté mourant pendant plusieurs jours et refusait de quitter son atelier, habillé en clochard, le chapeau sur la tête, avec le bord roulé par derrière sur le coussin d'un divan.

Après des études aux Beaux-arts de Bordeaux, Chaval va se consacrer, jusqu'en 1952, à la gravure sur cuivre. C'est d'ailleurs comme graveur qu'il monte à Paris en 1946, un éditeur lui ayant demandé d'illustrer deux livres. Cette oeuvre de Chaval reste méconnue. Auparavant, il avait travaillé trois ans à Tours comme représentant en produits pharmaceutiques.

Il débute comme illustrateur à La Gazette des lettres. Il travaille ensuite dans des revues professionnelles de la Fédération nationale de l'ameublement. Il y crée des bandeaux, des vignettes et des sigles. En effet, le dessin d'humour n'étant pas une source de revenus suffisante, Chaval dut faire de la publicité qu'on appelait à l'époque réclame. Pendant deux ou trois ans, surtout dans Paris-Match, il va faire des dessins pour vanter le conditionnement des produits en tube. En ces temps-là, les marchands voulaient tout emballer en tube : moutarde, cirage, lait, sirop, mayonnaise. Rarement une campagne de publicité eut autant d'impact.

L'essentiel de l'oeuvre de Chaval est cependant constitué de dessins d'humour. Il a travaillé régulièrement pour Sud-Ouest, Paris-Match, Le Figaro, Le Nouvel-Observateur et Le Rire ainsi que Punch et Lilliput à l'étranger. C'est certainement le plus grand dessinateur humoristique de la période 1950-1960, avant l'arrivée de l'équipe Hara-Kiri. Il reçoit en 1953 la Coupe du meilleur dessinateur. Chaval disait de ses dessins : « S'ils sont meilleurs que les autres, c'est qu'ils vont jusqu'au bout : ils détruisent tout parce que j'y vais moi-même et que je me détruis aussi ».

Les dessins de Chaval ont un trait simple, anodin mais ce sont souvent les légendes qui constituent l'essentiel. En voici un exemple. Dans une série de dessins, on voit André Gide acheter un journal. Puis un voleur lui vole son journal. Gide poursuit le voleur puis s'arrête essoufflé. Le voleur continue de courir pendant quelques minutes, il marche normalement et crie : « Demandez le journal de Gide ». Les jeux de mots, les calembours et la dérision sont constants dans ses dessins et les légendes sont à prendre au pied de la lettre. Sont notamment dessinés : « Un officier de marine et capitaine au long cou », « Blériot s'entraînant à traverser la manche » (celle de sa veste, bien sûr), « Edison découvrant un phonographe » (en soulevant un drap), « Releveur de compteurs relevant le moral d'un abonné », « Eve suivant le premier venu ». Il dessine également : « un chien se retenant d'uriner devant un palais présidentiel », « un gendarme écrivant une lettre d'amour », « des pharmaciens fuyant l'orage », « un crétin ému par un hymne national », « un homme d'Etat victime d'une indisposition heureusement sans gravité » (il est étendu raide mort), « des papes étonnés par un gratte-ciel » ou encore « un homme de génie achetant un paquet de lessive ». Chaval dénonce la bêtise, toutes les bêtises de l'Homme. Ses personnages sont des petits bourgeois ridicules, lamentables, dérisoires.

Quand il en a assez de l'Homme, Chaval s'en prend aux animaux et ces dessins sont encore plus destructifs que les précédents car l'anthropomorphisme est évident. Chaval avait une chienne horriblement laide appelée Caca qui dut lui servir de modèle. Dans le recueil L'animalier, on découvre avec plaisir : « un prêtre qui refuse la communion à une autruche catholique», « un gorille lisant La Dame aux camélias », « un éléphant se souvenant parfaitement de Jules Grévy », « un gorille qui demande la main de la femme d'un explorateur ». Plusieurs de ces dessins, jugés trop agressifs ou trop absurdes seront refusés par les journaux où Chaval travaille. Ils seront publiés par Jean-Jacques Pauvert dans la revue Bizarre.

Mais le sommet de l'oeuvre de Chaval ce sont Les oiseaux sont des cons. Il s'agit d'une suite de dessins d'oiseaux avec une légende en-dessous. A l'origine, Chaval en avait fait un court métrage qui obtint un prix au Festival de Tours en 1964. Chaval s'était intéressé très tôt au cinéma. En 1931, son oncle lui avait offert une caméra 35 mm et il avait réalisé une trentaine de petits films. Chaval sortait peu et n'allait pas au cinéma, mais il avait chez lui un projecteur. Et sans jamais s'en lasser il passait et repassait Yoyo de Pierre Etaix qui fut son ami. Il se passait également dix fois de suite la bande annonce des actualités Fox. A propos des Oiseaux sont des cons, on a dit qu'en trois minutes, Chaval en disait plus long que n'importe quel polémiste anarchiste. Le dessin renoue avec la tradition caricaturale : on y voit l'oiseau-curé, l'oiseau-militaire, l'oiseau-médicastre, l'oiseau-cuistre. Chaval s'en prend à travers eux à la société tout entière. Sa conclusion est sans espoir : « Les oiseaux seront-ils toujours des cons ? Oui les oiseaux seront toujours des cons. Eternellement ? Oui, éternellement ».

A partir de cette oeuvre, les dessins de Chaval évoluent rapidement. L'encre est plus noire. Ses personnages (encore des oiseaux) sont de plus en plus sinistres et désespérés. On dirait presque des martyrs. Derrière eux s'élèvent des murailles de béton et des échangeurs d'autoroutes. Chaval semble obsédé par la mort. Il écrit d'ailleurs un texte intitulé Vive la mort. « J'ai la conviction que les morts sont les gagnants... Je crois à l'inexistence, au néant comme d'autres croient en un dieu... Les signes de l'au-delà sont certainement des conneries imaginées par les vivants qui ne peuvent pas concevoir que la mort est la seule solution, tout le reste ce sont des jeux de cons, j'en suis sûr. Aimer la vie me semble aussi stupide que d'être patriote. Vive la putréfaction, premier degré vers la sagesse. Vive la mort ».

La mort de sa femme n'arrange pas les choses. Il devient neurasthénique et s'enferme dans un appartement à Bordeaux au dessus de celui de sa mère. Il avait vendu toutes ses affaires personnelles à Paris puis il rachète exactement les mêmes à Bordeaux. Il ne parle que de mort et demande avec bonne humeur des recettes de suicide à ceux qu'il rencontre. Il passait L'Internationale très fort et à plusieurs reprises et tirait des coups de feu avec un pistolet d'alarme. « Pour faire chier les voisins » disait-il. Il finit par se suicider le 22 janvier 1968 à Paris.
(CIRA)





Les oiseaux sont des cons


chaval 4


chaval oiseaux sont cons


chaval les oiseaux sont des cons


chaval oiseaux cons








.


Repost 0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 08:17


douanier-Rousseau-.jpg




HENRI ROUSSEAU LE DOUANIER




HENRI-ROUSSEAU.jpg




henri-rousseau-paysage-.jpg




Henri_Rousseau_Foret_Vierge_.jpg




Rousseau_LE-REVE.jpg


Henri Rousseau 1844/1910

Après la guerre de 1870, Henri Julien Félix Rousseau, surnommé le Douanier Rousseau,
entre à l'octroi de Paris. Obtenant une carte de copiste au musée du Louvre,
 il se familiarise très vite avec les oeuvres. Il entre tardivement dans la vie artistique
et c'est seulement en 1886 qu'il commence à se faire un nom en participant au
Salon des indépendants. En 1893, il quitte l'octroi de Paris pour se consacrer
exclusivement à la peinture. En tant que peintre, il s'évertue à reproduire ce qu'il voit
avec un souci du détail qui lui est propre. L'exotisme est un thème qui ressort naturellement
de ses oeuvres (' Le Lion ayant faim se jette sur l'antilope' - 1905) et c'est au Jardin des Plantes
 qu'il trouve l'inspiration. Grand solitaire, cela ne l'empêche d'être admiré par les milieux
avant-gardistes de l'époque. Picasso organisera même dans son atelier du bateau-lavoir,
un banquet en l'honneur du peintre.
 Il meurt d'une gangrène à la jambe à l'hôpital Necker à Paris.
(evene)




.
Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:17


sac a chat





Sac à chat
Utile pour faire voyager confortablement votre chat. Sac en cuir souple, capitonné,
 cockpit en plexiglas perforé pour loger la tête. Fortes poignées.
Fermeture à glissière dorsale. Article soigné.





chaise de marche
 Chaise de marche
Grâce à deux bretelles elle s'accroche aux épaules
 et permet de se reposer en marchant. (Brevet François Caradec)





fuisil-a-kangourou

 Fusil à kangourou
La forme très étudiée du canon de ce fusil imprime à la balle une trajectoire sinusoïdale
 qui suit l'animal dans ses bonds. Résultats spectaculaires attestés par les nombreuses lettres
 de félicitations que nous avons reçues de nos clients.





soutiengorge


 Soutien-gorge pour trapéziste




carelman velo escalier


 Vélo pour escaliers





fourchetteescargot

Fourchette à escargots




cuillerepeigne

Cuillère-peigne




carelman fer a repasser

 Fer à repasser télécommandé




article de menage carelman

Article de ménage


montreabalancier
Montre à balancier




carelman chaussons balayette pelle

 Chaussons pelle et balayette




parasol_transparent-de_Carelman.jpg

Parasol de jardin transparent

Grâce à sa parfaite transparence ce parasol vous permettra de voir le paysage tout autour de vous.







Quelques citations sélectionnées par Carelman:


« Avec un pinceau on farde une paupière. Avec un porte-plume on crève un œil,
 toute la différence est là » (Louis Pons).

« Le peintre qui se fie à son compas s'appuie sur un fantôme » (Ingres).

« Buvard, bavard » (Victor Hugo).


« Casserole carrée empêchant le lait de tourner » (Pierre Dac).




« Aucune brouette n'est confortable. Aucun véhicule inconfortable n'a de succès.
 Aucune brouette n'a de succès » (Lewis Carroll).

« Dans une toile de Chirico, les objets ne se sont pas donné rendez-vous » (Jean Cocteau)

« Fourchette. C'est le 3 août 1664 que Louis XIV utilisa une fourchette pour la première fois.
 Jusqu'à cette date, il mangeait sa soupe avec une cuillère comme tout le monde » (Cavanna).

« J'ai mis mon képi dans la cage et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête » (Jacques Prévert)







Carelman_timbres_introuvables.jpg



catalogue-de-carelman





exercices-de-style-queneau-carelman.jpg

Homéotéleutes

Un jour de canicule sur un véhicule où je circule, gesticule un funambule au

bulbe minuscule, à la mandibule en virgule et au capitule ridicule.

Un somnambule l'accule et l'annule, l'autre articule : « crapule », mais dissimule

ses scrupules,

recule, capitule et va poser ailleurs son cul.

Une hule aprule, devant la gule Saint-Lazule je l'aperçule qui discule à propos

de boutules, de boutules de pardessule.

Raymond Queneau (exercices de style)

 




Jacques Carelman est un peintre, décorateur de théâtre et
 illustrateur français né à Marseille en 1929.

Auteur du Catalogue d'objets introuvables (1969) et des objets eux-mêmes,
 qu'il a exposés dans de nombreux pays. Ainsi que
du "Catalogue de timbres-poste introuvables" (1972).

C'est à son initiative que l'Oupeinpo* a été (re)fondé en 1980. Régent d'Hélocologie,
en référence à la Gidouille d'Ubu, du Collège de ’Pataphysique.


*

L'Ouvroir de Peinture Potentielle (Oupeinpo) est l'un des ouvroirs de X potentiel

dont les plus connus sont l'Oulipo (li = littérature), l'Oulipopo (lipo = littérature policière)

et l'Oubapo (ba = bande dessinée).

Il a été fondé en 1980 afin d'inventer des formes, des contraintes mathématiques,

logiques ou ludiques capables de soutenir le travail des peintres et plus généralement

des artistes visuels.

L’OuPeinPo a été fondé, ou plutôt réanimé, le 12 décembre 1980 par François Le Lyonnais,

Jacques Carelman et Thieri Foulc, rejoints le 6 janvier suivant par , dispensée des

manifestations publiques de l'OuPeinPo, et Jean Dewasne. Le 14 février 1981 il a établi

ses aîtres en l’atelier Carelman. Le 21 décembre 1985 il s’est adjoint Tristan Bastit et

le 20 janvier 1990 Jack Vanarsky.

Le nombre exact de ses membres reste toutefois difficile à déterminer, non seulement
 parce que Suzanne Allen, les demoiselles Cassette et le chien Virgule assistent
à la plupart des séances à titre de "témoins actifs" et parce qu’il a des correspondants
 à l’étranger (Aldo Spinelli en Italie, Alastair Brotchie en Grande-Bretagne, Patrick Hughes,
 Stanley Chapman de Londres-en-Middlesex), mais aussi parce que des documents
indubitablement concrets attestent la participation sporadique de Hieronymus Bosch,
Leonardo da Vinci, Giuseppe Arcimboldo ou Pablo Picasso
voire même le grand  K. O. Yksranav.







Voilà encore une sorte de génie oublié et archi pompé par d'autres ...

affiche-carelman

Une affiche célèbre signée Carelman

.
Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 06:59

constable foret



Constable un ane



constable sepia




john constable



Constable campagne



john constable arbre


John Constable 1776/1837


.
Repost 0